Confrontations 1994-2004, textes critiques, Antipodes, «Contre-pied», 2005

Dix ans de critiques littéraires. Dix ans de découvertes heureuses et de débats passionnés. …Un choix parmi des articles parus dans la presse ou en revues, en Suisse et en Europe. Leur point commun: l’expérience d’une « confrontation »-faire front, affronter ou monter au front. Partis pris, interventions vives pour certaines, écrites le plus souvent hors demande académique. Confrontations pour se situer dans le différend suscité par toute prise de parole. Dans notre pays mutique, la polémique littéraire se fait décidément trop rare!

Compte-rendu de Confrontations par Sara Arena, Ponts

On en parle…

Les coups de griffes portent moins sur des êtres que sur des questions de taille telles que le besoin de grandeur de l’écrivain ou cette « tendance à se diriger automatiquement vers la lumière de Paris ». Ce trait, voire ce défaut, s’appelle le « lutétiotropisme» en sociologie, que Jérôme Meizoz a étudié.
La critique est aussi un lieu où s’expriment des liens de filiation (Pierre Bourdieu, Maurice Chappaz), de fraternité ou de complicité littéraires (Jean-Marc Lovay, Pierre, Michon.). Et lorsque l’auteur dit ne pas avoir su bien entendre Adrien Pasquali de son vivant, il a cette modestie indispensable à tous ceux qui réagissent à chaud face à une œoeuvre en construction. En somme, la critique est un sport complet de combat, d’endurance, d’agilité que Jérôme Meizoz pratique d’un ton vif et stimulant ».

Elisabeth Vust, 24Heures, 5 décembre 2005.

Prises de positions vives, traits acérés, propos iconoclastes qui n’hésitent pas à toucher aux vaches sacrées qui en font parfois les frais, la plume est élégante et bien acérée. Tout respire l’intelligence et la liberté. Regroupé sous deux rubriques distinctes, la littérature et la politique, ces articles, qui redonnent vie à un passé récent, se lisent avec bonheur, comme on sirote un petit alcool qui vous détend et vous ragaillardit. »

Pierre Emonet, Choisir, no 559/560, juillet-août 2006

La tonalité passionnée des articles et les prises de position décidées et argumentées de l’auteur ont le mérite de nous introduire dans le vif de la vie culturelle et littéraire de la Suisse romande et dans les mécanismes parfois méconnus des choix éditoriaux (au croisement, notamment, du système éditorial suisse et de la plus puissante édition française), aussi bien que dans les polémiques et dans les débats qui agitent la presse helvétique et les milieux intellectuels de la Suisse francophone. »

Sara Arena, Ponts

RETOUR A ETUDES ET ESSAIS
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s