Temps mort. Une jeunesse jaciste (1937-1944), préface d’Annie Ernaux, En bas, 2014.

Jérôme Meizoz éclaire superbement, d’une lumière sans violence, cette jeunesse livrée à la “propagande” […]. Il rend sensible le mystère des vies, nos vies, qui nous appartiennent moins qu’on le pense, façonnées qu’elles sont par les institutions et les croyances du temps».

(Extrait de la préface d’Annie Ernaux)

 

On en parle…

 

RETOUR AUX OUVRAGES LITTÉRAIRES 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s